English

World without Wars and Violence

International Humanist Organisation - Official Website

Un vent de changement souffle

Un vent de changement souffle

La victoire retentissante du « oui » au référendum visant à abroger la privatisation de l’eau, le rejet de l’énergie nucléaire et une loi honteuse « ad personam » permettant à Berlusconi de ne pas se présenter aux procès le mettant en cause sous le prétexte d’un « obstacle juridique », a été un acte de désobéissance civile qui a impliqué 27 millions d’italiens.

Pour la première fois en seize ans, le quorum de 50% + un, nécessaire pour que le référendum soit valide, a été dépassé (cette fois, il atteint 57%) et le pourcentage de « oui » à toutes les questions a atteint plus de 90%. Le gouvernement Berlusconi a tenté jusqu’au dernier moment d’éviter ou d’entraver la consultation, d’abord avec une fausse annulation des règles relatives à l’énergie nucléaire, laissant la possibilité de l’introduire dans quelques années, quand les gens seraient « moins émotionnels et effrayés » après la tragédie de Fukushima, puis en demandant aux électeurs de rester chez eux et ne pas voter sur ces questions inutiles du référendum. Mais parmi les millions d’italiens qui sont allés voter, il y avait beaucoup d’électeurs de droite, dont les présidents régionaux et les maires avaient publiquement exprimé leur opposition aux centrales nucléaires et à la privatisation de l’eau.

En plus de la participation extraordinaire au référendum, le résultat le plus intéressant de cette victoire réside dans la façon dont nous l’avons obtenue : une campagne depuis la base, avec des centaines, des milliers d’initiatives partout en Italie organisée par les comités et les associations (et non par les partis de gauche, qui ont participé, à quelques exceptions près, seulement à la fin), une utilisation intense et intelligente d’Internet pour produire des spots et des vidéos efficaces, drôles et ironiques et pour contourner la censure honteuse de la télévision, dans un esprit ludique et irrévérencieux qui ont fait paraître les vieux politiciens du gouvernement encore plus sombres, pathétiques et déconnectés de la réalité.

Comme pour la campagne pour les élections locales d’il y a quelques semaines qui a porté le premier coup à Berlusconi & Co avec une victoire à Turin et à Bologne au premier tour et à Milan, Cagliari et Naples au second, les protagonistes de cette nouvelle saison sont les jeunes. Pas seulement des militants, mais aussi des personnes créatives, capables de se moquer d’elles-mêmes et d’autres avec des parodies hilarantes et de créer une ambiance festive partout, pleines d’engagement et porteuses d’un espoir qu’on n’avait pas vu depuis des années. Et c’est ça la chose la plus excitante, ce qui augure des bonnes choses pour l’avenir.

Comments