Français

Monde sans Guerres et sans Violence

Organisation internationale humaniste - Site web officiel

Au bord d’une révolution mondiale ?

Au bord d’une révolution mondiale ?

Qu’est-ce que la Bolivie, l’Islande, la Tunisie, l’Égypte et l’Espagne ont en commun ? Mis à part le fait d’être respectivement célèbres pour : des femmes aux chapeaux melons, des volcans, des mosaïques, des pyramides et Rafael Nadal, il semble y avoir peu de choses qui relient ces divers pays, et pourtant ils sont tous soumis aux formes les plus radicales de la révolution sociale dont nous avons été témoins depuis la chute du Mur de Berlin et de l’Empire soviétique.

Il est fort probable cependant, du moins dans le cas de la Bolivie, l’Islande et l’Espagne, que les gens du monde entier n’aient aucune idée de ce qui se passe. Récapitulons :

Janvier 2006 - Bolivie : Evo Morales, un indigène Bolivien est élu au pouvoir par 54 % des Boliviens, puis réélu en 2009 par 63 % des électeurs. Morales a été élu lors de sa campagne pour : créer une assemblée constituante pour élaborer une nouvelle constitution, nationaliser l’industrie du gaz et introduire la réforme agraire, réformes qu’il a toutes réalisées lors de son premier mandat. Dans la nouvelle constitution, l’utilisation de la guerre comme moyen de résoudre les conflits a été abolie.

Janvier 2009 - Islande : le gouvernement islandais est renversé par les manifestations populaires qui ont commencé lors de l’écroulement du système bancaire privé islandais. Les accords pour que les citoyens d’Islande remboursent les pertes encourues par le Royaume-Uni et les Pays-Bas ont été rejetés deux fois en 2010 et 2011 et un forum national a été convoqué qui a mené à la création d’une Assemblée Constitutionnelle pour concevoir une nouvelle constitution nationale.

Décembre 2010 - Tunisie : Mohamed Bouazizi, un marchand ambulant de la petite ville de Sidi Bouzid, s’immole par le feu dans un acte de désespoir après la confiscation de ses marchandises, très probablement due au fait qu’il n’ait pas payé de dessous de table à la police locale. Cet acte a suscité des manifestations à travers le pays qui ont finalement mené à la chute du dictateur Ben Ali 28 jours plus tard. Depuis lors, une série de fonctionnaires proches du dictateur ont démissionné, la police secrète a été dissoute et des élections pour une assemblée constituante sont prévues le 23 octobre

Janvier 2011 - Égypte : une campagne de résistance civile principalement non violente commence, apparemment inspirée par les événements en Tunisie, le meurtre par la police d’un jeune homme, Khaled Saeed, le gouvernement oppressant de Hosni Mubarak et l’état d’urgence qui était en vigueur depuis 1967. Les manifestants exigeaient le départ du Dictateur et en 3 semaines il était parti. De plus, la constitution a été changée, le très craint parti Démocrate national et la police secrète ont été dissous et Mubarak est en état d’arrestation et soumis à un procès ainsi que ses fils.

Mai 2011 - Espagne : un mouvement qui a fleuri sur les réseaux sociaux sous le nom de Démocratie Réelle Maintenant appelle à manifester partout en Espagne le 15 mai, une semaine avant les élections municipales du 22 mai. A Madrid, la brutalité policière contre les manifestants les a amenés à camper à la Puerta del Sol, la place centrale, et un phénomène semblable se diffuse en solidarité dans toutes les parties de l’Espagne et dans la communauté espagnole d’autres pays. Depuis lors, le mouvement s’est rebaptisé 15-M et a développé un style de consultation publique sous forme d’Assemblée avec des rassemblements publics énormes dans les grandes villes, des villes et des villages, toujours dans le but de rassembler les demandes des gens et d’arriver à des accords basés sur le consensus. Actuellement le mouvement marche à travers toute l’Espagne pour atteindre la capitale le 23 juillet pour ce que l’on prévoit d’être une manifestation massive contre la corruption politique, le système démocratique pourri et les lois électorales qui le maintiennent.

Avec tous ces événements, nous pouvons légitimement nous demander si une Révolution Mondiale est en marche.

Il est clair que le système économique ne peut plus être maintenu. Le système basé sur la spéculation – qui signifie que le prix du pétrole n’est pas déterminé par combien cela coûte de l’extraire aujourd’hui, mais par combien il peut être vendu à l’avenir – entraîne la hausse encore plus forte du coût de la nourriture et met de plus en plus de pression sur les pauvres dans le monde. Le système bancaire basé sur la spéculation a atteint un point d’écroulement et les gouvernements dilapident l’argent des contribuables pour le sauver. Si vous ou moi allons au casino et perdons tout notre argent en jouant au poker, nous sommes personnellement responsables. Si une banque perd tout notre argent par des stratégies de jeu risquées alors apparemment les gouvernements – c’est-à-dire les contribuables – doivent payer !

Toutes les révolutions décrites ci-dessus peuvent en fait être reliées à l’épouvantable privation économique endurée par les populations de ces divers pays en raison d’un système économique qui ne marche pas, et en réalité n’a jamais marché que pour une minorité de la population mondiale.
La crise frappera finalement toutes les économies du monde et en beaucoup d’endroits la Droite conservatrice et violente apparaîtra dans le rôle du sauveur, seulement pour persécuter le peuple encore plus.

Et ensuite nous verrons – comme nous l’avons vu avec l’effondrement du système soviétique – qu’il n’y aura pas d’apocalypse. Au contraire nous verrons, comme nous le voyons dans ces pays qui sont une source d’inspiration, que le chemin de la non-violence se révèlera être le chemin le plus efficace. Un chemin non-violent qui peut pousser le système à exhiber sa violence, est la voie la plus rapide vers la révolution sociale. C’est la leçon que nous avons apprise de Gandhi et Luther King.

Partout où Monde sans Guerres agit, il nous revient de contribuer avec le meilleur de nous-mêmes et de transmettre tout ce que nous avons appris au sujet de la non-violence à tous ceux qui sont prêts à s’asseoir et à l’écouter. Par la non-violence notre avenir collectif en tant qu’espèce humaine est assuré, de même que par la violence, notre destruction collective en tant qu’espèce humaine est également assurée.

L’équipe de Rédaction

Comments